Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce

D’après le roman de Lola Lafon

EXTRAIT

 » Rien qui s’achète. Rien qui se négocie. Repousser la conciliation.
Rien que du feu. Rien que faire vivre les heures.
Courir pour essouffler le temps. Enchaîner sans pause. Réapprendre les gestes.
Et répandre la joie explosive de nos fêtes impolies, irréconciliables.
 »

¹/ in Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce – Lola Lafon – Editions Flammarion – p 342

L’HISTOIRE

Trois femmes. Jeunes. La trentaine. Les deux premières se sont rencontrées un mardi soir. Dans un groupe de parole pour femmes victimes de violences sexuelles. Métro St Ambroise. La troisième, elles l’ont rencontrée dans une cinémathèque déserte où ne sont projetés que de vieux films, et où elles passent le plus clair de leur temps. Avec cette volonté inconsciente de se couper du réel, d’aller chercher dans la fiction quelque chose de vrai, de profond, de plus acceptable que la vie même.

Lorsque l’histoire commence Emil, l’une d’elle, est victime d’une mort subite. « De quoi se meurt-on ? Qui a coupé nos nerfs ? » deviennent alors les questions qui vont enclencher la mise en mouvement des ces trois jeunes femmes dans une société qui « énerve », qui coupe les nerfs, à l’image de ce tableau de Vital Evariste Luminais qui devient la base continue à leur folle cavalcade : Les Enervés de Jumièges. De Paris à Rome, en passant par la campagne et une ville nouvelle, en train, en bus ou en stop, elles vont toutes trois prendre d’assaut le temps et les territoires traversés pour tenter de créer un monde à leur image et non en fonction de « notices » ou des « codes de bonne conduite ».

LA MISE EN SCÈNE

Forme kaléidoscopique à l’image du roman de Lola Lafon, Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce se construit entre fiction et convocation d’œuvres cinématographiques (les films de Tanner, Gessner, Godard), chorégraphiques (à savoir la danse classique et Forsythe), poétiques (poésie féministe), de tracts militants, de presse à scandale, de tubes de la musique pop-rock- électro (allant de Marina Kaye à Dominique A, en passant par Dolly Parton).

A l’image du théâtre romantique où se côtoient des incompatibles, seront ici convoqués différentes esthétiques théâtrales (le cabaret, le théâtre d’intervention et d’agitation, la tragédie et la comédie).

Je tiens beaucoup à constituer « une langue », en soudant des bouts, des morceaux, des mots. Inventer. Réinventer. Ecrire une autre histoire. Parce qu’il n’y a pas de « notices », de « recettes ». Et prendre la parole pour toute une génération en marge, qui ne s’accorde pas aux couleurs de son époque, qui parle trop fort, rit trop fort, qui ne se reconnait pas dans les rêves, les rôles, les places qu’on lui tend. Et constituer sur la scène, un « état d’urgence » pour reprendre le terme de Pasolini.

Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce est un road trip féministe, qui donne de la force à nos intuitions, à notre insouciance. Une épopée qui (ré)unit, (re)constitue.

Qu’est-ce qu’on fait là ? Qui a coupé nos nerfs ?

Parce que ce qu’il nous reste ce sont les mots, poser des actes, « faire », et DIRE, plus que jamais. Dans les cris, dans le creux de l’oreille, dans l’essoufflement, dans la palpitation.

Puisse le théâtre donner résonnance à ces voix, et être cette assemblée constituée et vivante d’un monde qui s’invente.

Hélène Soulié

extrait de la note d’intention, avril 2015

MG1_1953


ÉQUIPE ARTISTIQUE

Conception & Mise en scène : Hélène Soulié
Adaptation & dramaturgie : Hélène Soulié – Magali Mougel

Scénographie : Emmanuelle Debeusscher
Lumière : Maurice Fouilhé
Vidéo : Maïa Fastinger
Son : Jérôme Moisson
Costumes : Catherine Sardi

Le texte est édité aux éditions Flammarion

DISTRIBUTION

Lenka Luptakova, Solenn Louer, Audrey Montpied, Claire Engel, Zoé Poutrel, Cantor Bourdeaux, Jérôme Denis et Julien Testard.

CRÉATION

21 et 22 février 2017 – HTH-CDN de Montpellier

24 février 2017 – Théâtre + Cinéma – Scène nationale de Narbonne

PRODUCTION

Production : EXIT 
Coproduction : HTH-CDN de Montpellier                                                                        

Accueil en résidence : Maison Maria Casarès-Alloue, La Chartreuse – CNES, Domaine d’O.

Avec le soutien : du Ministère de la Culture et de la Communication (EXIT est une compagnie conventionnée par la DRAC Languedoc Roussillon / Midi Pyrénées), la Région Languedoc-Roussillon (EXIT est une compagnie conventionnée par la Région Occitanie), la Ville de Montpellier, la Région Nouvelle Aquitaine, la SPEDIDAM, l’ENSAD de Montpellier et l’École du Nord (aides à l’insertion professionnelle).

∇ DOSSIER DE PRODUCTION :
Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce
∇ DOSSIER DE PRESSE :
Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce

∇ DIAPORAMA : 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Photos Marc Ginot - 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s