2017 / Qu’est-ce que Macbeth a fait de moi ?

Conventionné AFDAS

 

16 octobre au 3 novembre 2017 – 109h
MONTPELLIER

FORMATRICES

  • Hélène SouliéMetteuse en scène – 109h
  • Blandine PélissierTraductrice – 109h
  • Magali MougelDramaturge – 35h
  • Julie LaporteDanseuse45h

 

LADY MCBETH ET MCBETH. UNE FEMME, UN HOMME. UN COUPLE D’AMANT. DANS LA MÉCANIQUE DE LA VIOLENCE.

QU’EST-CE QUI NOUS POUSSE À LA VIOLENCE ?
COMMENT CELA RÉSONNE EN NOUS ? COMMENT CELA ÉCLAIRE NOS PULSIONS, NOS DÉLIRES, NOS ÉROTISMES ?

UTILISER CES GRANDES FIGURES MYTHIQUES POUR ÉPROUVER LE DÉPASSEMENT DE SOI DANS LE DIRE ET L’ÉCRITURE DE PLATEAU. S’APPUYER, UTILISER LA LANGUE FULGURANTE DE SHAKESPEARE, DE MULLER ET LES SÉQUENCES DES FILMS D’ORSON WELLES, KUROSAWA, OU ENCORE DES FABLES DE NOTRE ACTUALITÉ, POUR AFFOLER NOS LIMITES ET CONSTITUER NOTRE PROPRE MYTHE.

LES ORIENTATIONS

Explorer différentes matières textuelles et cinématographiques relatives au mythe de Macbeth.(Shakespeare, Müller, Orson Welles, Kurosawa).

– Travailler les scènes phares (les sorcières, le couple, le banquet, le meurtre…) en partant de soi, et en travaillant sur le présent de la parole. Sans présupposer de ce qu’il y a à jouer.

– Chez Shakespeare et Müller, déchiffrer le texte telle une partition. Aller vers la langue, en étant attentif à la ponctuation, aux sonorités, au rythme. Voir vers où elle nous emmène, comment elle s’incorpore, et ce qu’il faut déployer physiquement pour la faire entendre.

Travailler sur le couple amoureux – intime

– Partir de ce que nous connaissons tous : à savoir un homme et une femme qui s’aiment follement.

– Interroger et mettre à jour la relation de ce couple dans sa dimension érotique et sexuelle.  (Comment leur sexualité, leur adoration de l’un pour l’autre, leur désir brûlant, sont déjà le lieu d’une guerre intime, où transparaissent possession, jalousie, crainte…)

– Questionner au travers d’eux et de leur intimité comment le mécanisme de la violence se constitue.

– Voir comment cela nous transcende, nous appartient, et peut résonner en chacun.

Travailler sur l’imaginaire collectif de la fable

– Chercher des éléments de narration dans la culture populaire, dans les contes.

-Traquer les Macbeth d’aujourd’hui au regard de l’actualité, aux travers de nos histoires personnelles et de la relation que nous entretenons à la pièce.

– Chercher en improvisation une autre façon de raconter et voir comment ce travail vient libérer et augmenter le travail sur les scènes.

Voir comment on écrit collectivement une forme libre qui met en réaction et en vibration différentes matières (textuelles, personnelles, collectives), et comment cette forme, échappant au commun et à une approche classique, va finalement mieux que nulle autre mettre en exergue la déstructuration mentale, politique et physique propre à la pièce elle-même.

Le travail dramaturgique (textuel et plateau) sera accompagné par Magali Mougel – autrice et dramaturge, et Blandine Pélissier – traductrice.

Le travail sur le corps sera accompagné par Julie Laporte.

 

OBJECTIF PEDAGOGIQUE

  • Savoir appréhender le mythe de Macbeth aujourd’hui.
  • Aller à la rencontre d’une langue (Shakespeare, Müller) sans présupposé de ce qu’il y a à jouer.
  • Muscler la parole.
  • Investir physiquement la langue.
  • Travailler sur le présent de la parole.
  • Jouer et dire au présent.
  • Écrire au plateau.
  • Improviser individuellement et collectivement.
  • Être rigoureux et exigeant.
  • Chercher des ressources.
  • Dépasser ses limites.
  • Créer et raconter collectivement.

PUBLIC CONCERNE

Profil professionnel des stagiaires : Comédiens professionnels & danseurs possédant un parcours théâtral.

Pré requis, expérience professionnelle des stagiaires :
Ce stage est destiné à des comédiens professionnels et danseurs possédant un parcours théâtral, ou à des futurs professionnels, désirant mener un travail sur le mythe de Macbeth, au travers des pièces de Shakespeare, Müller, et d’une écriture de plateau explorant la fable dans la culture populaire, dans l’actualité, et ses résonances dans notre vie intime.
Forte motivation, désir d’expérimentation et de déplacement de soi, rigueur et exigence.

Nombre de stagiaires : 12

RENSEIGNEMENTS & INSCRIPTION :

Jéssica Régnierj.regnier[a]lagds.fr